Ange Hébert-Corriveau
17 janvier 2022
Nature Gourmande

Mille Fleurs sous la neige | Ange nous raconte sa visite à la ferme

Dernière journée de 2021, on flâne en famille en cherchant une activité du jour qui plaira à tous. On décide de prendre la route vers un coin de Bellechasse qu’on connaît moins, sans plan ni attente, bien qu’en souhaitant faire de belles découvertes.

On traverse les villages de St-Charles, de St-Gervais, puis on arrive à St-Lazare où on emprunte un rang tout ce qu’il y a de plus champêtre. Une enseigne en bordure de la route indique une ferme, les Mille Fleurs  et ça pique notre curiosité d’imaginer cet endroit sous la neige!

On tombe d’abord sous le charme du chemin bucolique qui mène à la ferme. On arrive à l’accueil, puis on aperçoit à notre gauche, un verger qui s’étend devant une forêt de conifères géants (le propriétaire nous mentionne plus tard que cet espace est parsemé de tables à pique-nique où casser la croûte en été), à droite des bâtiments de ferme qui ont été rénovés, au centre un chemin attrayant qui s’enfonce dans la forêt.

En descendant de la voiture, nous sommes accueillis par Rose, une golden retriever joviale (coup de cœur des enfants) qui nous suivra candidement pendant toute notre visite. Jacob, le copropriétaire n’est pas loin derrière, et vient à notre rencontre pour nous souhaiter la bienvenue et nous inviter à faire la tournée des lieux.

Aux Mille Fleurs , les animaux sont à l’extérieur à l’année, dans de grands espaces bien aménagés pour eux. Les cochons (porcs Berkshire) sont littéralement élevés en forêt, les plus jeunes courent partout, excités et maladroits, pendant que leurs mamans ronflent, assoupies sur la paille, le tout sous le regard amusé des enfants. Regroupées autour de la mangeoire, les vaches Highland au regard doux derrière leur toupet roux mâchent paisiblement. Leurs immenses cornes imposent le respect. On s’attendrit devant un adorable petit veau d’à peine cinq jours blotti contre sa maman! Il y a aussi des poules et des chevaux, puis un chat qui vient nous frôler en ronronnant.

Nous poursuivons en suivant Rose qui se dirige vers le chemin forestier qui longe un petit ruisseau. La forêt est particulièrement magnifique, les grands sapins recouverts de neige, quelques flocons légers ici et là qui tombent doucement. On se balade sur environ trois kilomètres avant de tomber sur un wigwam, construit par les propriétaires qui y proposent une activité unique; des déjeuners en forêt!

Le feu fume encore sur les dernières braises, nous rappelant qu’on est arrivé trop tard pour le brunch, mais laissant présager qu’on se reprendra assurément. C’est vraiment apaisant et ressourçant de se retrouver dans cet espace qui fait un clin d’œil à nos ancêtres et célèbre au mieux notre nordicité. Rose fouille frénétiquement dans la neige folle avec son museau en quête d’on ne sait quoi et ça nous fait bien rigoler!

Au retour de notre promenade, nous faisons quelques provisions à la boutique qui offre une belle variété de coupes. Nous choisissons l’osso bucco, les côtes levées, le porc effiloché au Portageur (vin fortifié d’un vignoble voisin Le Ricaneux ), puis le bacon fumé sur place. Nous consommons très peu de viande chez nous, mais ce genre d’élevage est exactement ce que nous souhaitons encourager comme projet. Des animaux heureux et respectés, de la viande de grande qualité. Sylvie et Jacob mettent visiblement tout leur cœur dans leur entreprise, ils ont les valeurs bien ancrées. Ils ont d’ailleurs donné un second souffle à l’entreprise familiale en y ajoutant leur saveur, les parents de Jacob étaient maraîchers sur cette même terre, d’où le nom Mille Fleurs . Ils souhaitent maintenant pousser plus loin l’expérience agrotouristique unique qu’ils ont à offrir et ça promet! 

C’est certain que nous viendrons redécouvrir la ferme en d’autres saisons, et assurément essayer le pique-nique au bord du feu (ou sous les pommiers!) qu’ils proposent sur réservation avec leurs produits saisonniers. Aux Mille Fleurs, c’est l’authenticité et l’hospitalité bellechassoise à son meilleur!

Texte : Ange Hébert-Corriveau
Photos :  Ange Hébert-Corriveau

Commentaires (0)