Vanessa Migliacci
4 juin 2017
Histoire, arts et culture, Agrotourisme, Routes et circuits

Touristes recherchés : L'Exploratrice

Saint-Michel-de-Bellechasse- Marina

Amoureuse de voyages, de culture et curieuse de nature, j’ai toujours aimé apprendre ! Aujourd’hui chargée de projet en relations publiques et en marketing, j’essaie au quotidien de toujours pousser mes limites un peu plus loin.

À

 la fin du mois d’août, j’ai eu la chance de remporter le concours « Exploratrice recherchée » présenté par Tourisme Chaudière-Appalaches, qui m’a permis de passer trois jours à découvrir la région de la Chaudière-Appalaches avec ma sœur Érika. Ce fut un séjour teinté de beaucoup de fous rires, de belles découvertes et de surprises !

Jour 1 -  26 août

Lotbinière

Domaine Joly-De Lotbinière

Pour notre première journée dans la région, notre itinéraire débutait au Domaine Joly-De Lotbinière. À notre arrivée sur les lieux, c’est Hélène, la directrice générale du Domaine qui nous a accueillies et qui nous a fait l’honneur de passer quelques heures avec nous pour nous faire visiter l’endroit; cet endroit pour lequel elle se dévoue corps et âme depuis plus de 30 ans. Grâce à Hélène, en un claquement de doigts, nous étions maintenant au 19e siècle en Nouvelle-France, au temps du régime seigneurial.

Véritable mine d’information et passionnée, Hélène nous a partagé ses connaissances sur l’histoire de la famille Joly-De Lotbinière. Nous avons d’ailleurs appris le rôle que Pierre-Gustave, le premier seigneur, et ses descendants ont joué dans l’évolution de la Nouvelle-France vers le Québec d’aujourd’hui. Entre autres, à cause de l’importance qu’ils ont accordée à la construction des chemins de fer, des routes et à la conservation des forêts. Hélène nous a également expliqué à quoi ressemblait le quotidien des habitants de l’époque, leurs coutumes et leurs traditions. Comme il n’y avait pas de route à l’époque, elle nous a raconté que lorsque les jeunes hommes voulaient rendre visite à leur prétendante de l’autre côté de la rive à Portneuf, ils devaient la traverser par bateau !

À l’heure du lunch, nous avons pu déguster un repas santé, cuisiner sur place dans le petit café du Domaine, à partir d’aliments locaux. On aime !

 

Hélène Leclerc
Hélène Leclerc

Coups de cœur de l’endroit :

Maison de pointe Platon

La résidence de villégiature de la famille seigneuriale de Lotbinière, construite en 1851, est aujourd’hui accessible aux visiteurs et a été aménagée en musée et en galerie d’art, de façon à faire revivre la vie sociale et culturelle des années 1920. Grâce à de généreux donateurs, Hélène et son équipe ont même pu retrouver certains des meubles originaux qui meublaient la demeure à l’époque seigneuriale. Assez impressionnant, n’est-ce pas ?

Les jardins

Afin de poursuivre la mission écologique d’Henri-Gustave (fils de Pierre-Gustave), Hélène et ses partenaires garnissent les terres et les onze jardins du domaine de plusieurs variétés d’arbres, de plantes, de fruits et de légumes, qui proviennent d’un peu partout dans le monde.

Le bord de l’eau

Le Domaine donne un accès direct au fleuve. En effet, tout en bas du domaine, après avoir descendu un sentier d’une centaine de mètres, on se retrouve devant un paysage simplement à couper le souffle. Tellement, que nous avons peine à croire qu’une vue pareille puisse s’y trouver. C’est l’endroit idéal pour prendre faire une petite pause sur un rocher et apprécier la brise.

Domaine-Joly-de-Lotbinière - Fleur plan rapproché - Manoir - Lotbinière
Domaine Joly-de Lotbinière - Fleurs
Domaine Joly-de Lotbinière - Près de l'étang
Domaine-Joly-de-Lotbinière - Fleur plan rapproché - Manoir - Lotbinière
Domaine Joly-de Lotbinière - Fleurs
Domaine Joly-de Lotbinière - Près de l'étang

Après avoir passé près de trois heures au Domaine Joly-De Lotbinière, nous avons remercié Hélène et son équipe et avons repris notre route en direction de Montmagnyoù nous allions passer la nuit. Sur le chemin, nous en avons profité pour faire quelques arrêts, dont un à la Fromagerie Bergeron pour s’acheter quelques produits, entre autres, du fromage en grains tout frais. Pas besoin de vous dire que ça goûtait le ciel ! Par la suite, comme il était presque 18h, nous nous sommes rendues à Berthier-sur-Mer pour profiter des derniers rayons de soleil de la journée et les regarder disparaître pour la nuit. C’était m-a-g-n-f-i-q-u-e !

Jour 2 – 27 août

L’Islet-sur-Mer

Musée maritime du Québec

Premier arrêt de la journée sur notre itinéraire : Le Musée maritime du Québec à L’Islet-sur-Mer. Dès que l’on arrive sur le site extérieur du musée, on peut apercevoir deux immenses bateaux dans la cour : l’hydroptère NCSM Bras d’Or 400, un prototype construit par la Marine canadienne dans les années 60, qui avait pour but de détecter les sous-marins soviétiques, ainsi que le brise-glace Ernest Lapointe, nommé navire officiel du gouvernement canadien en 1955. Le premier peut être visité en compagnie d’un guide tandis qu’il est possible de visiter le deuxième par soi-même. Lorsque vous visiterez l’Ernest Lapointe, je vous suggère de demander un audioguide ; ils sont offerts gratuitement à la réception du musée. Vous pourrez ainsi vous promener librement sur le bateau tout en apprenant l’histoire du brise-glace et de son équipage. Pour ma part, l’Ernest Lapointe a vraiment été un point fort de mon passage au musée. C’était la première fois que j’avais l’occasion de visiter de fond en comble un aussi gros bateau et j’ai vraiment trouvé ça impressionnant. En visitant, je pouvais réellement m’imaginer l’équipage vivant sur le bateau : sur le pont, dans la salle des machines, dans leurs chambres, dans la cuisine ou encore en train de jouer aux cartes pendant leurs pauses.

Dans la section intérieure du Musée, il faut visiter la collection permanente qui présente le fleuve St-Laurent comme étant une figure de proue dans l’identité québécoise. En plus de partager l’histoire du fleuve, la collection contient plusieurs artéfacts surprenants et des vidéos qui présentent des témoignages touchants de différents intervenants pour qui le fleuve a eu un impact considérable au cours de leur vie. Une autre section de la collection permanente est aussi consacrée au Capitaine J.E. Bernier, devenu capitaine à 17 ans et ayant traversé l’Atlantique 250 fois. À voir !

 

Musée maritime du Québec- Bateau
C’était la première fois que j’avais l’occasion de visiter de fond en comble un aussi gros bateau et j’ai vraiment trouvé ça impressionnant.

Notre visite au musée terminée, nous avions le cerveau rempli, mais le ventre un peu creux et puis c’était presque l’heure du lunch. Nous sommes donc reparties sur la route des navigateurs en direction de St-Michel-de-Bellechasse avec en tête d’aller manger un morceau. En chemin, nous avons croisé un petit marché aux puces à la hauteur de Saint-Vallier. Curieuses, nous avons décidé de nous y arrêter. Eh bien, on a fait du shopping ! Je suis repartie avec 5 grands classiques de la littérature pour 15$. Je n’étais pas peu fière de mon affaire et ma petite sœur, elle, était tannée de m’entendre en parler ! Ahhh l’amour de sœur !

Saint-Michel-de-Bellechasse

À Saint-Michel-de Bellechasse, on nous avait recommandé de faire un arrêt Aux Deux Briochés, une briocherie artisanale. Notre plan était donc de passer chercher un petit quelque chose à manger puis d’aller s’installer sur le bord de l’eau pour profiter du soleil. À notre arrivée,  nous avons fait la connaissance de Sébastien (sa conjointe Annick et lui sont les propriétaires de l’endroit) qui nous en a appris davantage sur leur entreprise et sur la région. Avant notre visite, j’avais lu qu’il y avait un petit salon de thé au 2e étage et j’ai demandé à Sébastien si c’était possible d’aller jeter un coup d’œil. Ce à quoi il a répondu « Certainement ! Il y a même en prime un homme avec qui vous pourrez parler en haut ! ». Ça y est, ma curiosité était doublement piquée ! En montant l’escalier,  j’ai vu un homme aux longs cheveux gris, assis à une table et penché au-dessus de quelques livres portant sur l’art, plus précisément sur le « Pop art ». Moi-même adepte de ce courant artistique, j’ai demandé à l’homme si je pouvais m’asseoir avec lui et nous avons discuté un moment. C’est alors que j’ai fait la connaissance de Gilbert, un artiste de la région. Gilbert (qui m’a demandé de taire son nom d’artiste) m’a parlé de ses inspirations, de sa vision du monde et de ses œuvres. Cette rencontre plutôt inusitée m’a beaucoup marquée, malgré qu’elle n’ait duré que quelques instants.

Après avoir salué Gilbert et Sébastien, nous avons trouvé un endroit tranquille où savourer notre focaccia maison et boire nos limonades pétillantes sur le bord de l’eau. 

En route vers notre voiture, nous nous disions à quel point notre 2e journée avait jusqu’à présent été teintée de belles rencontres et de découvertes, mais nous allions encore être surprises. La cerise sur le sundae ? Participer à un Photomaton familial organisé pour la fête d’une grand-maman. Disons que pour accepter de chanter et de danser le YMCA en se faisant filmer, il faut mettre son ego de côté ! Reste que ça nous a bien faire rire et que notre après-midi s’est terminé en beauté.

Aux deux briochées -pizza
Saint-Michel-de-Bellechasse- Village
Aux deux briochées -pizza
Saint-Michel-de-Bellechasse- Village

Saint-Jean-Port-Joli

Arrivées à St-Jean-Port-Joli, nous nous sommes immédiatement rendues à La Belle Époque, notre gîte pour la nuit. C’était une jolie auberge Bed & Breakfast, qui se trouvent dans une impressionnante maison victorienne datant de 1893 et qui à cette époque, a fait office de magasin général. Les hôtes, Nathalie et Guy, sont tout simplement charmants. À notre arrivée, ils nous ont gentiment accueillies et présenté les différents attraits du coin. Ils étaient tout aussi serviables et adorables lors du service du petit-déjeuner le lendemain matin.

Pour notre dernière soirée dans la région, nous sommes allées souper à La Queue de Homard,un restaurant de fruits de mer aux allures des légendaires sea shacks de la côte est Américaine. Au menu : guédilles, homard, tartares, fish n’ chips etc.  De notre côté, notre choix s’est arrêté sur la fameuse guédille au homard et c’était simplement délicieux ! Pour les amateurs de viande, le menu contient également  plusieurs options qui sauront vous plaire.

Nous avons par la suite terminé la soirée au Ras L’Bock, une microbrasserie  à l’ambiance conviviale et au décor chaleureux. Quand on y entre, on a un peu l’impression d’être dans un chalet en bois rond, avec des amis. Il est même possible d’emprunter des jeux de société derrière le bar pour animer un peu votre soirée. De notre côté, nous étions contentes de pouvoir nous la couler douce en sirotant des bières locales entre deux ou trois parties de Battleship !

Saint-Jean-Port-Joli - Parc des 3 bérets
Ras'l Bock - intérieur
La Queue de Homard - Lobster Roll
Saint-Jean-Port-Joli - Parc des 3 bérets
Ras'l Bock - intérieur
La Queue de Homard - Lobster Roll

Jour 3 – 28 août

Saint-Jean-Port-Joli

Troisième et dernière journée de notre séjour. On est atterrée et on ne veut pas rentrer à la maison... Ce matin-là, il faisait un peu plus gris, mais la température était tout de même très confortable. À la recherche d’un petit café, nous sommes tombées sur Bonté Divine, une maison de torréfaction artisanale qui sert une sélection des meilleurs cafés provenant de partout dans le monde. Nous avons été agréablement surprises par la qualité du service et la variété de cafés signature originale. L’endroit a aussi une charmante section boutique.  Ça vaut le détour !

Notre dose de caféine en main, nous nous sommes dirigées vers la marina de St-Jean-Port-Jolipour remplir nos poumons d’air marin avant de retourner vers la ville. Quoi de plus relaxant que de regarder au large en écoutant le bruit des vagues. Nous sommes restées là, juste pour apprécier le moment et se dire à quel point nous avons aimé notre séjour.

Tout juste avant de prendre la route vers Montréal, nous avons fait un arrêt au Vignoble du Faubourg. À notre arrivée, ça semblait désert, jusqu’à ce qu’un homme dans la cinquantaine, aux yeux bleus et rieurs, s’avance vers nous pour nous souhaiter la bienvenue. C’était Sébastien, l’un des deux propriétaires ; depuis plus de 15 ans, sa femme et lui sont propriétaires de l’endroit et ils sont passionnés. Nous avons discuté un bon moment à discuter avec Sébastien de ses produits et de son vignoble. Il nous d’ailleurs informé que chaque année, quand vient le temps des vendanges (généralement à la fin du mois de septembre et au début du mois d’octobre) tout le monde est invité à venir participer aux corvées de la journée (dès 9h le matin), puis à célébrer en soirée avec un succulent BBQ offert par la maison. Définitivement une activité à ne pas manquer, que ce soit en famille et entre amis ! Si vous êtes un amateur de vin, vous devez absolument passer par le Vignoble du Faubourg et découvrir leurs produits : vins blanc, rosé, rouge et  vins fortifiés, vinaigre de vin, gelée et plus !

Saint-Jean-Port-Joli - Marie-Claude
Saint-Jean-Port-Joli - Marie-Claude

Pour ma sœur et moi, ces trois jours dans la Chaudière-Appalaches nous ont permis de non seulement passer du bon temps entre sœurs, mais également d’avoir l’opportunité de découvrir une magnifique région et de faire des rencontres plus surprenantes les unes que les autres. Les gens que nous avons rencontrés lors de ce week-end nous ont tous marqués d’une certaine façon, que ce soit par leur générosité, leur chaleur, leur gentillesse ou par leur unicité, ils ont réellement contribué à faire de notre séjour un moment plus que mémorable.

Vanessa

Saint-Michel-de-Bellechasse - Cerf-volant

Itinéraire Explorateur

Vous aimez les marinas et les bords de grève ? L'histoire maritime vous impressionne ? Vous adorez flâner dans les boutiques, les galeries d'art ? Vous appréciez les paysages et la découverte de beaux villages.

Cet itinéraire est là pour combler votre besoin de partir sur la route.

Commentaires (0)