Warning! the content from this page is not translated, but if you want to get an idea of what Google Translate thinks of it, please choose a language.

G&R FILMMAKER
June 15, 2021
Active Nature

En canot au Parc des Appalaches

Parc Des Appalaches - Canot - 2021 - Vue de haut

Découvrir le Parc des Appalaches sous un tout autre angle, c'est possible de le faire grâce à une excursion en canot sur la Rivière Noire Nord-Ouest. Embarquez dans l'aventure de Gérard et Roxanne accompagnés de leur husky, Jack!

Le Parc des Appalaches, on l’a découvert au travers de ses 140 km de sentiers de randonnée. Et, on les a pratiqués en toutes saisons, tellement qu’on a été conquis par la diversité et la beauté des paysages qu’ils traversent. Alors quand on a appris que l’on pouvait faire du canot sur la rivière Noire Nord-Ouest dont on avait à plusieurs reprises croisé les méandres, on n’a pas hésité une seconde à se laisser tenter par l’expérience!

Le départ et la mise à l’eau se font au niveau du bureau d’accueil du Parc, à Sainte-Lucie-de-Beauregard. Les rapides de la rivière sont bien plus en amont et à partir de là le plan d’eau est calme, ce qui est parfait pour les débutants que nous sommes. Pour l’occasion, on a décidé d’emmener Jack, un de nos huskies, avec nous, vivre cette expérience, car il a la « patte marine ». Il est, en effet, déjà monté sur un bateau à moteur et a même pratiqué la planche à pagaie à plusieurs reprises.

Une fois tout l’équipement réceptionné et équipés de nos vestes de flottaison, on fait découvrir à Jack notre canot alors qu’il est encore posé sur l’herbe. Ensuite, on procède à la mise à l'eau! Dès le départ, alors qu’on prend nos marques concernant le maniement des pagaies, le léger courant de la Rivière Noire Nord-Ouest nous entraine. Jack, lui, trouve immédiatement sa position de croisière entre nous deux, au centre du canot. Contemplateur dans l’âme, Il admire le paysage. 

Parc Des Appalaches - Canot - 2021
Parc Des Appalaches - Canot - 2021


Durant nos premières minutes sur l’eau, on longe le village de Sainte-Lucie-de-Beauregard et les habitations qui le composent. Dès le premier méandre, elles se raréfient. On ne croise alors plus que quelques chalets, disposant pour la plupart d’un accès direct à la rivière, qui baignent dans la quiétude des lieux. À mesure que l’on s’éloigne du village et de toute construction, on se retrouve en plein milieu d’une nature sauvage, riche en faune et flore.

Une multitude d’espèces d’oiseaux nous accompagnent. Certains, malgré la beauté de leur plumage, nous sont inconnus. D’autres, comme cette petite famille d’oies bernache, nous sont plus familiers. Chaque méandre nous dévoile un spectacle qui lui est propre. On se balade au milieu des nénuphars, croise un marais, navigue aux abord d’une petite île à la végétation luxuriante. On se rend bien compte que l’on évolue dans une nature à l’état brut, qui n’est pas façonné par l’Homme. La plénitude de cette rivière nous envahit à mesure que l’on progresse. Et aidés par les rayons de soleil qui nous enveloppent de leur douce chaleur matinale, on en oublierait presque de pagayer, tellement l’instant est exquis. On se sent seul au monde, tout simplement ! À l’instar de la forêt qui l’entoure, cette rivière apaise et détend nos corps et nos esprits. Même Jack semble totalement happé par l’énergie qui s’en dégage.


Une halte habilement située nous appelle. On décide alors de faire une courte pause sur cette rive. Jack en profite pour se dégourdir les pattes alors que l’on s’octroie une petite collation. Mais notre but étant proche, on ne s’attarde pas sur la terre ferme. Et oui, car on ne vous l’a pas encore mentionné, mais notre escapade fluviale nous mène à un endroit précis : le Lac Frontière. Et ce dernier se dévoile à nous en l’espace de quelques coups de pagaie. La rivière s’élargit sur quelques mètres pour finalement ne laisser place qu’à une grande étendue d’eau.

Cette ouverture de notre champ de vision nous surprend aussitôt. On aperçoit alors une embarcation qui semble nous précéder mais aussi d’autres, plus grandes, dont les occupants s’affairent cannes à pêche en main. On s’arrête de pagayer et, dérivant sur les eaux calmes du lac, on ressent l’immensité des éléments qui nous entourent. Ils nous forcent à l’humilité et au respect. On ne peut finalement qu’être plein de gratitude envers cette nature qui nous partage tellement. On savait à quel point la randonnée pédestre nous incite à une méditation active et on découvre qu’il en est de même en canot!


C’est dans cet état d’esprit que l’on fait demi-tour afin de regagner notre départ par le même chemin qu’à l’aller. Au total, un circuit de 14km rempli de découvertes, de partages et de bonheur !

Comments (0)