Philippe Toussaint Parc régional du Massif du Sud
24 août 2019
Nature Active

Du vélo de montagne...en montagne!

Le Parc régional du Massif du Sud, situé au cœur des Appalaches, a récemment ajouté le vélo de montagne à une offre d’activités déjà bien garnie. Au menu : des sentiers parfois techniques, parfois roulants, mais surtout accessibles. Un déplacement qui en vaut le détour !

Je sais, je suis peut-être un petit peu biaisé ... car je suis un employé du parc, mais justement ne suis-je pas parmi les mieux placés pour parler de notre joyau ?  Justement, j’y ai récemment amené des amis, question de leur faire connaître de nouveaux sentiers. Laissez-moi vous raconter notre journée.

Ce n’est qu’à une petite heure de route de Québec et c’est donc par de jolies petites routes de campagne que nous nous y rendons par un beau samedi du mois d’août. Sur place, alors que nous nous préparons à enfourcher nos vélos, ma collègue de travail au poste d’accueil y va d’une dernière mise en garde à mes amis : «Vous allez voir, dès le départ, ça monte!»

1- C'est un départ !

Le nom du premier sentier, le Chauffe-moteur, ne laisse aucun doute : nous serons bien réchauffés pour débuter notre sortie de vélo!

Après cette mise en jambes (le Chauffe-moteur est en quelque sorte le sentier d’accès au réseau), nous enchaînons avec la Trail du Buck, un sentier de niveau intermédiaire, mais néanmoins relativement accessible. La première section du sentier monte graduellement, mais – comme tout ce qui monte doit éventuellement redescendre – la deuxième section est très roulante, avec plusieurs virages profilés (berm turns) et petits sauts qui nous accrochent un gros sourire au visage. La montée en valait la peine!

2- Prêt pour un défi plus technique !

Nous sommes maintenant bien réchauffés, et prêts pour un nouveau défi. Ça tombe bien : le prochain sentier sur lequel nous nous aventurons – la Serpentine – est de niveau avancé. Dès les premiers mètres, pas de doute, le niveau vient d’augmenter d’une grosse coche! Un saut en pierres, suivi de plusieurs virages serrés, d’une passerelle étroite (skinny), de plusieurs passages techniques sur des rochers, puis, juste comme on allait relâcher notre garde, d’un gros cap rocheux (drop) qui nous donne quelques palpitations. Pas de tout repos! En rétrospective, la Serpentine est clairement le sentier le plus technique du parc. Après la Serpentine, nous enchaînons avec la Robineuse, et le contraste est frappant : un sentier tout en descente, très roulant, avec beaucoup de virages profilés et d’ondulations. Pas de monotonie ici : les variations d’un sentier à l’autre sont très marquées et appréciées!    

En bons cyclistes responsables, nous nous arrêtons ensuite quelques instants pour analyser la carte des sentiers (bon, d’accord : nous arrêtons avant tout pour reprendre notre souffle quelques instants...). Un gros plus : nul besoin de la carte papier, car la carte géolocalisée des sentiers est offerte gratuitement sur l’application Ondago. C’est donc sur notre téléphone que nous la consultons, et, comble de bonheur, le petit curseur nous confirme que nous sommes bel et bien à l’endroit où nous croyions être. Merci la technologie!

3- Vive les montées !

Reposés et orientés, nous décidons de partir à l’aventure un plus profondément au cœur du parc. Nous empruntons donc la loooongue montée de l’Érablière pour aller rejoindre le sentier les Grandes Manœuvres.

Une petite trève de vélo s’impose ici pour souligner la beauté des forêts. Au Parc régional du Massif du Sud, on roule dans de magnifiques érablières parsemées d’énormes arbres centenaires. Cette forêt dégagée offre un très grand champ de vision, et permet d’admirer le paysage tout en roulant. Parce que c’est bien beau rouler, mais c’est encore mieux quand c’est dans un décor enchanteur!

Fin de la parenthèse et retour au vélo. Au moment de quitter l’Érablière pour emprunter les Grandes Manœuvres, nous sommes déchirés. Devant nous s’offre la finale grandiose de l’Érablière, avec sa belle et longue descente vers la rivière. Quitter à ce moment équivaudrait à manger tout son plat principal et sortir de table juste avant le dessert! En plus, à droite, les Grandes Manœuvres débutent par…une montée! Mais qu’importe : avec un nom comme celui-là, Les Grandes Manœuvres ont quelque chose de grandiose, de magistral,  quelque chose nous dit que nous regretterions de passer à côté. Nous repartons donc sur les Grandes Manœuvres, en montée, en rêvant à notre arrêt prévu plus tard dans la journée au Pub de la contrée et microbrasserie de Bellechasse , situé à un jet de pierre du parc. On s’encourage comme on peut!

Heureusement, la montée laisse vite place à un terrain ondulant, puis à la grande finale : une descente vertigineuse ponctuée d’énormes virages profilés et de quelques sauts. Les Grandes Manœuvres portent bien leur nom! Nous empruntons ensuite la Rebelle, un sentier de niveau avancé, un peu plus technique que les Grandes Manœuvres, mais quand même très agréable et roulant. En chemin, petite pause collation en bordure de rivière, juste à côté d’une petite cascade et d’un bassin d’eau cristalline. La baignade est tentante, mais la température glaciale de cette eau tout droit sortie des montagnes refroidit nos ardeurs!   

4- De belles descentes comme finale ! 

Pour terminer la journée, nous décidons d’emprunter les pistes multifonctionnelles E et C pour nous rendre au refuge du Milieu, d’où part le tout nouveau sentier singletrack du parc : le Long Jeu. Le parc dispose d’un imposant réseau de pistes multifonctionnelles (larges et gravelées) qui peuvent très bien convenir aux petites familles et aux cyclistes moins tentés par les émotions fortes. Pour les cyclistes plus avancés, ces pistes servent surtout de connecteurs pour rejoindre les sentiers de type singletrack.

Le Long Jeu répond aux attentes. Majoritairement en descente, ce sentier nous permet de revenir sans trop forcer au poste d’accueil, avec, pour terminer, une section de virages profilés et de descentes dans une forêt de conifères – joli contraste avec les forêts jusqu’ici fréquentées!

Le réseau de vélo de montagne du Parc régional du Massif du Sud n'est pas ultra-technique, certes, mais un réseau facile et agréable à suivre, avec des indications claires, de beaux paysages, et une belle variété de sentiers qui fait que les jeunes enfants comme les cyclistes plus expérimentés devraient y trouver leur compte.

Résumé de notre aventure

le parc régional du massif du sud

saint-philémon

Le Chauffe-Moteur :  Longueur : 1.2 km - Dénivelé : +45 m, -0 m 

La Trail du Buck : Longueur : 2.3 km - Dénivelé : +45 m, -40 m

La Serpentine : Longueur : 1.1 km - Dénivelé : +30 m, -35 m

La Robineuse : Longueur : 0.8 km - Dénivelé : +5 m, -44 m

L'Érablière : Longueur : 2.4 km - Dénivelé : +107 m, -54 m

Les Grandes Manoeuvres : Longueur : 0.7 km - Dénivelé : +35 m, -39 m

La Rebelle : Longueur : 0.8 km - Dénivelé : +17 m, -27 m

Le Long Jeu : Longueur : 2.2 km - Dénivelé : +10 m, -50 m

Télécharger gratuitement la Carte des sentiers sur Ondago

Au total, nous avons parcouru à vélo 15 km en plus ou moins 3 heures, pauses incluses. Avec le temps de déplacement et l’arrêt (quasi-obligé…) à la microbrasserie  au retour, on peut dire mission accomplie côté sortie de plein air!

Et vous, votre prochain week-end en vélo de montagne ? 

Direction : Parc régional du Massif du Sud

 


Vélo de montagne au Parc régional du Massif du Sud

Réseau : 13 sentiers de type singletrack (17,2 km), 6 pistes multifonctionnelles (29,5 km)

Accès gratuit pour les enfants de 17 ans et moins, 7 $ (taxes incluses) / Adulte

6 fat bikes en location, été comme hiver

Microbrasserie et Pub de la contrée de Bellechasse - Dégustation de bière

Ah oui, au fait, la bière au Pub de la Contrée était bonne ? Oh que oui !

Commentaires (0)