Le barrage et la centrale hydroélectrique

La rivière Chaudière
La rivière Chaudière et son bassin versant

Hydrologie

En amont des chutes, le bassin versant de la rivière Chaudière s’étend sur 6605 km2, soit un territoire plus étendu que l’Île-du- Prince-Édouard (5657 km2). Il regroupe un nombre important de rivières, de lacs et de ruisseaux qui côtoient plus d’une municipalité située entre la frontière américaine et le fleuve Saint-Laurent.

La rivière Chaudière prend sa source dans le lac Mégantic. Longue de 185 kilomètres, elle parcourt les régions de la Beauce et de Chaudière-Appalaches avant de se déverser dans le fleuve Saint-Laurent. En toute saison, la rivière se caractérise par une variation de ses débits. Elle est bien connue pour ses crues subites et fortes qui se produisent aussi bien en été qu’au printemps et pour ses baisses périodiques très marquées, surtout en été.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - barrage
Le barrage

Hydroélectricité

Le barrage est reconstruit en partie sur les assises de l’ancien ouvrage. Il permet de retenir l’eau afin d’alimenter la prise d’eau de la centrale hydroélectrique. Le barrage est un ouvrage  implanté d’une rive à l’autre de la rivière.

Il est construit pour résister aux tremblements de terre ainsi qu’à la poussée de l’eau et des glaces. Les deux courbures à sens con-traire du barrage produisent un jet d’eau horizontal à son pied. Comme l’eau peut se déverser librement sur toute la longueur du barrage, soit 258 mètres, l’ouvrage n’a pas d’évacuateur de crue.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - salle des turbines
La salle des équipements électriques

Hydroélectricité

L'information recueillie par l'ensemble des capteurs de la centrale hydroélectrique et de la prise d'eau est acheminé aux systèmes informatisés situés dans la salle de contrôle. De là, les ordinateurs sont programmés pour assurer la gestion des débits dans les chutes ainsi que la gestion efficace de la production électrique.

La centrale produit l'électricité dont elle a besoin pour ses propres opérations. En ce sens elle est autonome.

Saviez-vous que ?

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - barrage - débit moyen

Le débit moyen

Le débit moyen de la rivière est de 130 mètres cubes par secondes (m3/s) mais il peut atteindre 1240 m3/s en période de crue et descendre aussi bas que 11 m3/s en été.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - embruns

Le nom «Chaudière»

Il tire son origine des embruns au bas des chutes, qui ressemblent à la vapeur s’échappant d’une chaudière d’eau en ébullition.

Longtemps appelée Rivière du Sault de la Chaudière, elle devait son nom aux chutes d'une hauteur d'environ 35 mètres.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - base - archéologie

Archéologie

Des vestiges de campements amérindiens ont été découverts lors de fouilles archéologiques sur le site. Ils témoignent du passage de groupes nomades il y a environ 8 000 ans.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière - potentiel hydroélectrique

Potentiel hydroélectrique

Le site a été exploité dès 1901 pour son potentiel hydroélectrique.

Une crue exceptionnelle ayant détruit les installations originales en 1970, le barrage et une nouvelle centrale ont été construits en 1998.

Ils génèrent une puissance électrique maximale de 24 000 KWs qui peut alimenter environ 5000 familles.